BDE Viña del Mar



Vous trouverez sur cette page des informations utiles concernant la vie sur place, telles que les transports ou les logements.

Transports

Micros, colectivos urbains et taxis

Les grandes villes disposent d’un service de bus urbain (souvent appelé micro). La destination et les principaux points de passage sont inscrits à l’avant du véhicule et sur le côté droit. Il est souvent assez difficile de bien comprendre les destinations quand on arrive juste, dans ce cas n’hésitez pas à demander au conducteur s’il passe par l’endroit où vous voulez vous rendre, ou demander aux chiliens qui attendent avec vous.

Plus confortable, le colectivo urbano est une voiture, toute noire, semblable au taxi mais avec un panneau sur le toit indiquant numéro, destination et points de passage. Le trajet est fixé à l’avance, et il prend et dépose les passagers le long de cet itinéraire. On paie une somme forfaitaire quelle que soit la longueur du trajet, variable selon la ville ; tarif majoré de minuit à 7h. Le soir, vous pouvez demander que le colectivo fasse un léger crochet pour vous laisser a domicilio, moyennant un petit supplément. Légèrement plus cher que le bus mais plus économique que le taxi, c’est une bonne solution s’il y en a sur votre itinéraire.

Sinon, on trouve des taxis partout en ville. Ils sont noirs avec le toit jaune. Les prix sont raisonnables, sans vraiment d’arnaques. À Santiago notamment, ils disposent d’un compteur. Mais essayez de repérer le trajet à effectuer, car certains chauffeurs ont l’art d’« allonger » la course ! Dans d’autres villes, pas de compteur. Dans ce cas, comme pour les colectivos urbanos, pour une course en ville, on paie un montant forfaitaire fixé par les autorités locales. En principe, le tarif est majoré de 22h-minuit à 5h-7h.

Le bus

Efficace, rapide, populaire et plutôt bon marché, le bus est le moyen de transport le plus utilisé au Chili. Toutes les villes du pays sont desservies quotidiennement par de nombreuses compagnies.

Au choix, quatre types de bus : le clásico (le moins cher, c’est le bus courant), plutôt pour les petites distances ; le semicama ou ejecutivo, un peu plus cher, plus confortable (dossiers inclinables, moins d’arrêts en route), le cama, spacieux, direct ou presque, avec repas servis à bord et enfin le cama-premium, le plus cher et le plus confortable, avec des sièges qui se transforment en couchettes.

Sur le bord de la route, vous pouvez toujours faire signe aux bus clásicos en indiquant avec les doigts le nombre de places désirées.

Les prix des billets entre la haute saison touristique (grosso modo, de novembre à février) et les périodes plus creuses peuvent coûter du simple au double. On constate aussi une grande variabilité en fonction des compagnies et des heures de départ. Comme partout, évitez d’acheter votre billet au dernier moment.

Logements

Ils y a trois types de logements bien adaptés aux besoins des étudiants.
Une famille d’accueil

C’est de loin la solution la plus simple. C’est un bon compromis pour le premier semestre ou les premiers mois. Cela permet d’être en immersion et de bien pratiquer le chilien, afin de faire de rapides progrès dans la maîtrise de la langue. (Prix: 250.000 pesos/mois en moyenne pour une demi pension).

Une colocation

On en trouve surtout à Viña del Mar ou à Valparaiso. Très bon moyen pour rencontrer des chiliens ou des étudiants d’autres nationalités. Il est possible de trouver des offres sur des sites comme ”compartodepto.cl” (Prix: 200.000 pesos/mois en moyenne).

Louer un appartement

Solution la plus courante, du moins à partir du second semestre, quand l’étudiant est familiarisé avec la ville et connait mieux les autres étudiants. Il est relativement facile de louer un appartement à Reñaca, la ville étant une station balnéaire totalement vide hors saison. Les appartements se louent sur la période de mars à décembre, “el año corrido”, à des prix raisonnables. Il est facile de trouver un appartement pour moins de 200.000 pesos par personne, le prix comprenant le loyer et les charges de l’immeuble “los gastos comunes”. Il faudra par la suite ajouter les factures d’eau, de gaz, d’électricité et d’internet. Trouver l’appartement parfait est très difficile à distance. Le plus simple est de chercher directement sur place, moins d’une semaine suffit généralement pour se loger selon ses attentes. Nous conseillons donc pour ceux qui opteraient pour cette solution de s’installer dans une auberge de jeunesse quelques jours, en payant les nuits au jour le jour (tarifs raisonnables), en attendant de s’installer définitivement. Les anciens étudiants sur place se feront une joie de vous aider dans votre recherche, voir de vous héberger quelques jours si besoin est. Attention cependant, cette recherche passe principalement par des agences, qui prennent généralement une commission d’un demi mois de loyer.

Dans tous les cas, une fois accepté à l’UTC Chili, le nouvel étudiant sera rapidement mis en contact avec des étudiants de l’école. Ceux-ci lui donneront des contacts, des conseils, des bons plans et des bonnes adresses, afin de trouver la meilleure solution pour se loger.